Est-ce que la consommation de gras favorise le cancer ?

Est-ce que la consommation de gras favorise le cancer ?

Est-ce que les régimes riches en matières grasses mènent automatiquement au cancer?

Selon les recherches actuelles cela ne semble pas nécessairement être le cas. La plus récente enquête de l’American Institute of Cancer Research montre que plus de 4 personnes sur 10 pensent que les régimes riches en matières grasses peuvent être une cause de cancer. Il semblerait toutefois, que les choix alimentaires globaux soient plus importants pour réduire le risque de cancer qu’une alimentation plus ou moins riche en matières grasses.

Les premières recherches sur l’alimentation et les risques de cancer dans les années 1970 suggéraient un lien entre l’incidence de cancer et la consommation de matières grasses, puisque les pays à faible apport lipidique (comme le Japon) avaient des taux de cancer plus faibles que les pays dont l’alimentation est plus riche en gras (comme les États-Unis).

Après une étude plus approfondie, lorsque les scientifiques ont suivi les personnes au fil du temps et ont ajusté les résultats en fonction de leurs choix alimentaires et leurs habitudes de vie, les différences de risque de cancer ne semblaient plus liées principalement à la consommation de gras.

Quelles sont alors les recommandations alimentaires actuelles concernant la consommation de matières grasses ?

  1. Limitez le gras provenant des viandes rouges, et la consommation de viandes (et de produits) transformées. Manger trop de viande rouge (boeuf, porc et agneau) et de viandes transformées augmente directement le risque de cancer colorectal – le troisième cancer le plus répandu en Amérique. Ce risque semble cependant lié à d’autres composés dans ces viandes, et pas nécessairement au gras qu’elles contiennent. En plus de réduire le risque de cancer colorectal et gastrique, il est recommandé de limiter les viandes rouges et transformées pour réduire les problèmes cardiaques.
  2. Privilégiez les aliments végétaux. Centrez vos repas et collations autour des légumes, des fruits, des grains entiers et des légumineuses, qui offrent un large éventail de nutriments, de composés phytochimiques protecteurs et de fibres alimentaires.
  3. Ne développez pas une phobie du gras. Vous n’avez pas besoin d’éviter les aliments végétaux comme les noix et les avocats qui sont naturellement riches en matières grasses. Vous n’avez qu’à respecter une consommation raisonnable. Bien qu’ils soient concentrés en calories, une portion normale de noix (30g par jour) ou d’avocat (1/4 à 1/2 d’un petit avocat) ne fera pas dérailler la gestion de votre poids, et fournira des nutriments sains et précieux tout en agrémentant vos repas.
  4. Savourez des huiles saines pour aromatiser les aliments tout en maîtrisant les calories totales. Pour éviter de trop faire gonfler le nombre de calories ingérés, mais malgré tout profiter des multiples bienfaits associés aux huiles extra-vierge (d’olive ou de canola), favorisez une cuisson des aliments avec le moins de matières grasses, mais accordez-vous 1 c à soupe (15ml) d’huile par jour, que vous utiliserez crue en fin de cuisson (sur les légumes-vapeur, poisson poché ou dans les salades etc) afin d’aromatiser vos aliments. Du point de vue de la santé, toutes les matières grasses ne s’équivalent pas. Certains acides gras spécifiques (les éléments constitutifs des graisses) diffèrent dans la façon dont ils vont favoriser votre santé ou avoir des effets sur la fonction insulinique, l’inflammation, la santé cardiaque et le risque de cancer.

Éliminer la peur des matières grasses ne signifie pas donner le feu vert à tous les aliments riches en gras. Concentrez-vous plutôt sur la qualité globale des aliments que vous mangez afin de promouvoir la santé et réduire ainsi vos risques de cancer.