La médecine occidentale pourrait-elle accréditer l’acupuncture ?

La médecine occidentale pourrait-elle accréditer l’acupuncture ?

L’acupuncture est une branche importante de la Médecine traditionnelle chinoise à laquelle les Chinois ont recours depuis des années avant notre ère maintenant. Si en Chine, ses bienfaits ne sont plus à démontrer, l’Occident n’a pu tirer profit de ce savoir ancien que depuis quelques décennies et encore dans une atmosphère de scepticisme, surtout à cause de la médecine occidentale. Toutefois, la tendance va peu à peu vers l’approbation de l’acupuncture par la médecine moderne et une utilisation conjointe de ces deux méthodes. D’ailleurs, si vous séjournez en Chine, vous remarquez que c’est ce qui s’y pratique depuis plusieurs années.

Des exemples d’études scientifiques démontrant son efficacité

Une étude révélée en 2010 par l’équipe de la neuroscientifique Maiken Nerdergaard, de l’université de Rochester (New York) a dévoilé le processus physiologique mis en marche lors d’un traitement par l’acupuncture pour soulager des douleurs locales. Cette étude a démontré l’efficacité de l’acupuncture pour traiter ces maux.

Chacune des souris à la patte douloureuse testées pendant cette étude a subi 30 minutes de séance d’acupuncture : pour chaque souris, une aiguille a été implantée sur un point d’acupuncture précis de la patte endolorie, puis, selon un procédé traditionnel, a été tournée toutes les cinq minutes. A la fin de chaque séance, on a constaté que le taux d’adénosine présent dans la zone où l’on a inséré l’aiguille d’acupuncture était de 24 fois plus élevé que celui du début de la séance. L’adénosine est un antidouleur naturel secrété par des cellules de notre organisme. Résultat : grâce à l’acupuncture, les deux tiers des souris traitées souffrent beaucoup moins que celles qui n’ont pas été traitées,

Certainement, cette étude est très intéressante. Toutefois, elle n’a démontré qu’une petite partie des  actions salutaires de l’acupuncture. Par exemple, elle n’explique pas l’effet analgésique de l’acupuncture sur une zone éloignée de celle où l’aiguille est enfoncée. D’autres recherches seront, alors, nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes complexes de l’acupuncture chinoise.

Autre exemple de recherche publié en mars 2010 par des chercheurs de l’Universite de Stanford (Californie). 150 femmes enceintes souffrant de dépression sévère ont participé à l’étude qui s’était étalée sur une période de huit semaines.

Les résultats ont montré que celles qui ont reçu un traitement par acupuncture spécifique à la dépression ont vu leur état dépressif diminuer très considérablement, par rapport à celles qui ont reçu d’autres traitements (acupuncture non spécifique et massage)

Cette étude a, entre autres, démontré les avantages que pourra apporter l’acupuncture face à la dépression prénatale, puisque les antidépresseurs sont déconseillés pendant la grossesse.

Des liens (en anglais) donnant plus de précision sur ces études :

https://www.urmc.rochester.edu/news/story/2880/acupunctures-molecular-effects-pinned-down.aspx

http://journals.lww.com/greenjournal/Abstract/2010/03000/Acupuncture_for_Depression_During_Pregnancy__A.7.aspx

D’autres exemples d’application

Au Québec, depuis plusieurs années, les acupuncteurs sont à l’oeuvre en salle d’accouchement pour que l’accouchement puisse se dérouler dans le meilleur des cas.

Collaborant avec l’équipe médicale, l’acupuncteur cherche, entre autres, à favoriser la détente de la mère, ou à faciliter la descente du bébé ou encore à corriger les problèmes qui pourraient, éventuellement, arriver au cours de l’accouchement.

L’acupuncture se montre aussi très efficace pour limiter les effets secondaires de la chimiothérapie.

Dans ce cas, elle n’a pas pour but de remplacer ce traitement, mais à le rendre plus efficace en aidant le patient atteint de cancer à mieux récupérer et à limiter les effets indésirables la chimiothérapie qui, remarquons-le, sont très éprouvants pour le malade.

Bien évidemment, ce ne sont que des exemples notables parmi tant d’autres pour lesquels l’acupuncture se montre efficace. On peut aussi citer les maladies ORL, les problèmes gastro-entérologiques, etc. Comme soulignent bon nombre de scientifiques, l’acupuncture est en passe de devenir une partie indissociable de la science moderne. Et le nombre grandissant de personnes qui suivent une formation en acupuncture (dont en fait partie des médecins de la médecine occidentale) confirme, d’ailleurs, ce fait.